Quand la crise décuple les usages collaboratifs